Elezioni presidenziali in Senegal: è iniziato il conteggio - JeuneAfrique.com

[Social_share_button]

Les bureaux de vote ont fermé leurs portes au Sénégal, où 6,6 millions d’électeurs étaient appelés aux urnes ce dimanche. Premières tendances, réactions, analyses… Suivez cette soirée électorale en direct.

Cet article est mis à jour régulièrement. Pour réactualiser, cliquez ici. Les heures sont données en heure de Dakar (GMT).

18h – Fermeture des bureaux de vote

Au terme d’une journée de vote qui s’est déroulé dans le calme, les 15 397 bureaux de vote disséminés à travers le Sénégal et à l’étranger ont maintenant fermé leurs portes.

Les opérations de dépouillement ont démarré dans les bureaux.

Les résultats seront ensuite affichés, et transmis aux Commissions départementales de recensement des votes (CDRV), constituées de magistrats, qui les examinent et les compilent. Celles-ci ont jusqu’à mardi 26 février, midi, pour transmettre ces résultats à Commission nationale de recensement des votes (CNRV), à Dakar.

Des premières tendances sont cependant attendues dès ce dimanche, dans la soirée.

17h45 – Forte participation attendue

Si elle ne disposait pas encore de chiffres officiels à l’heure de la fermeture des bureaux, la Commission électorale nationale autonome (CENA) estimait que le taux de participation à la mi-journée était autour de 39%, selon l’un de ses membres. Lors de la présidentielle 2012, le taux de participation global avait été de 51,58%.

Evelyne Mandiouba, coordinatrice des rédactions du groupe Dmedia qui a déployé ses effectifs sur tout le territoire, a pour sa part précisé que « selon le retour de nos correspondants en régions, on assiste à une participation record pour un scrutin national. »

Dans un communiqué diffusé à la mis journée, la CENA a par ailleurs estimé que le scrutin s’est déroulé « de manière globalement satisfaisante sur toute l’étendue du territoire national et à l’étranger ».

Avec nos correspondants et envoyés spéciaux à Dakar : Manon Laplace, Amadou Oury Diallo et Benjamin Roger ; et à Paris : Mehdi Ba et Matthieu Millecamps

Questo articolo è apparso per primo GIOVANE AFRICA