Cameroun – Buea: une journaliste arrêtée puis relâchée pour non-respect d’un ordre administratif

Le maire de Buea, Ekema Patrick a stoppe une marche de paix non autorisée, organisée par le réseau camerounais des journalistes, un projet de paix de l’église presbytérienne du Cameroun le 14 mars.

Une journaliste qui faisait partie du groupe a été interpellé pour une audition par les forces de l’ordre. La révérende Fobang Geraldine, leader du réseau et également la directrice de la station radio de cette église, a été arrêtée par les officiers du maire et questionnée pendant des heures avant d’être enfin relâchée dans la soirée.

Le groupe est accusé d’organiser une marche inconnue par l’autorité. C’est après une longue discussion entre la journaliste, son staff et le maire Patrick Ekema qu’elle a pu retrouver la liberté et rentrer chez elle.

En prélude a cette marche pour la paix, ils ont demandé une autorisation au commissaire divisionnaire de Buea Mr Kouam Wokam Paul qui a été obtenue. Il a été convenu qu’après cette marche ils devaient faire un memo au gouverneur de Sud-Ouest. Le conseiller municipal de Buea a réagi à cette arrestation en disant que le groupe avait violé la limite imposée pour leur marche.

Le groupe suppose marcher du bureau du synode à Turborg Junction strech, l’ont étendu à la place de l’indépendance de Buea. Ce n’est pas la première fois que le maire fait face à un groupe qui organise un évènement sans autorisation. Il fait partie de ceux qui ont stoppe les organisateurs de la Conférence anglophone générale de l’organiser à Buea.

Des journalistes se sont plaint du maire en dénonçant de lui, des propos discriminatoires à l’endroit des personnes n’appartiennent pas à sa tribu et surtout à l’endroit des anglophones du Nord-Ouest.

da Salma Amadore | Actucameroun.com

Questo articolo è apparso per primo https://actucameroun.com/2019/03/15/cameroun-buea-une-journaliste-arretee-puis-relachee-pour-non-respect-dun-ordre-administratif/